International

Les grandes lignes de l’interview du président ukrainien

today4 août 2023 1

Arrière-plan
share close

Les grandes lignes de l’interview du président ukrainien avec des journalistes africains dont l’envoyée spéciale de bip radio

 

Dans cette interview d’une heure, Volodomyr ZELENSKY fait le tour de plusieurs questions dont les rapports entre l’Ukraine et les pays africains, les affres de la guerre et aussi les perspectives

 

Journaliste africain : Merci beaucoup, Monsieur le Président. Je m’appelle Agather Atuahaire de l’Ouganda. C’est un plaisir de vous rencontrer. Nous vous présentons nos meilleurs vœux de la part de l’Ouganda. Je pense que je parle au nom de la majorité et de moi-même et j’aimerais commencer par une question sur la guerre que vous avez vivez depuis un an et demi. Les destructions doivent être immenses. Nous en avons vu une partie là où nous étions ces deux derniers jours. Mais j’aimerais vous entendre… Que pouvez-vous nous dire sur les effets de la guerre en Ukraine ? Et comment vous faites face à cela ?

Zelensky : Merci pour cette question. Tout d’abord, je suis heureux d’avoir l’occasion d’entendre de votre part que la majorité de la population, comme vous l’avez dit, la majorité des Ougandais soutiennent l’Ukraine. C’est très agréable parce que vous connaissez les narratifs de la Fédération de Russie, qui répandent la désinformation selon laquelle seuls l’Europe et les États-Unis soutiennent l’Ukraine. (…)

la guerre se déroule malheureusement sur notre territoire. Les conséquences… C’est une bonne chose que vous soyez ici. Vous pouvez voir les conséquences. Et il est très important que vous ne soyez pas seulement dans la capitale (…)

Je pense que les conséquences de la guerre peuvent être vues et analysées de manière totalement indépendante. Et les analyser si l’on est prêt à le faire. Parce que si vous avez une vision subjective et que vous ne voulez pas accepter ce qui se passe autour de vous, alors… il est très difficile de changer de position et de trouver la réponse pour vous-même, qui a commencé, pourquoi et comment y mettre fin.

(…)vous êtes des personnes intellectuelles, et je suis sûr que vous êtes absolument capables de tirer les conclusions appropriées  . Donc, si une personne est prête à tirer des conclusions, elle n’a pas besoin d’être dirigée, et c’est important, c’est un choix indépendant. L’indépendance et la liberté de choix sont très importantes. C’est d’ailleurs l’un des critères pour lesquels nous nous battons (…)

Et il est très important que personne n’ait d’influence sur ce choix, sauf les gens, les gens de différentes nationalités, mais les gens de l’Ukraine, les citoyens de l’Ukraine – nous sommes tous unis par le fait que nous sommes citoyens de l’Ukraine, nous sommes tous Ukrainiens, et c’est très important. Je suis sûr que vos pays pensent à leur terre de la même manière, et il est très important pour nous que vous soyez ici aujourd’hui et que vous montriez ce que vous voyez sans aucune subjectivité.

(…)Que faisons-nous ? Je pense que vous pouvez voir que nous nous battons. Nous ne renforçons pas seulement notre armée. Et il est également très important de ne pas vivre dans des narratifs, mais de savoir que tout ce qui est alloué à l’armée, aux salaires, à son soutien, provient du budget ukrainien. Et il est très important de savoir que nos partenaires occidentaux, nos partenaires et nos amis soutiennent l’Ukraine de différentes manières, mais cela ne s’applique absolument pas aux salaires de nos militaires, c’est impossible et c’est interdit.

Journaliste africain : Merci beaucoup, Monsieur le Président, de nous avoir donné l’occasion d’être ici aujourd’hui. Je m’appelle Zubeidah Kananu. Je suis la présidente des rédacteurs du Kenya et également présentatrice et rédactrice en chef du Standard Media Group. Je vous salue depuis le Kenya. Le Kenya fait partie des pays qui consomment des céréales d’Ukraine et de l’huile de tournesol. Quelle est la dernière mise à jour de l’Accord d’Initiative sur les céréales et qu’est-ce que cela signifie pour vous et pour nous, l’Afrique étant le principal consommateur de céréales ukrainiennes. Êtes-vous déçu de la façon dont cette composition s’est déroulée?

Zelensky: La Russie a officiellement annoncé aujourd’hui qu’elle suspendait l’accord sur les céréales. Ce n’est pas la première fois qu’elle le fait. Elle n’a de cesse de provoquer pour rompre cet accord. Par conséquent, je pense que notre décision de signer un document sur la création d’un corridor céréalier avec la Turquie et les Nations unies, plutôt qu’avec la Fédération de Russie, était une politique très équilibrée. J’ai un accord personnel avec le président Erdogan et avec le secrétaire général des Nations unies, M. Guterres. Je leur ai dit que l’Ukraine était prête à travailler dans le triangle, mais qu’il serait impossible de travailler avec la Russie. Parce qu’elle bloquera, parce qu’elle dominera constamment notre dialogue et imposera certaines conditions pour arrêter l’accord sur les céréales de quelque manière que ce soit, pour bloquer l’accord sur les céréales de quelque manière que ce soit. C’est pourquoi nous avons conclu deux accords, qui sont toujours en vigueur: Ukraine-Turquie-ONU, et l’autre accord est Russie-Turquie-ONU.

Ainsi, lorsque la Russie déclare qu’elle arrête, elle rompt ses accords avec le secrétaire général des Nations unies, M. Guterres, et avec le président Erdogan. Pas avec nous. Nous n’avions aucun accord avec eux. Pourquoi ? parce que ce serait artificiel.

Que fait la Russie ? Depuis le tout début, l’initiative sur les céréales pour la Russie est simplement un format de vente à bas prix sur le marché des céréales et des produits agricoles afin de bloquer l’Ukraine et d’être le seul grand exportateur dans la région. Il est absolument clair que pour résoudre ses problèmes politiques, faire pression et gagner de l’argent pour ses entreprises, la Russie fait pression sur les pays africains, les pays asiatiques et les pays du continent européen. (…)

Que va-t-il se passer maintenant ? En conséquence, j’ai chargé notre ministère des affaires étrangères, après le signal officiel de la Fédération de Russie, de préparer nos signaux officiels aux Nations unies et à la Turquie, afin qu’ils puissent me répondre, en tant que président de l’Ukraine, qu’ils sont prêts à poursuivre notre initiative, parce que, je le souligne une fois de plus, nous avions un accord dans le triangle. Et nous n’avons rien rompu pour notre part.

(…) Nous enverrons des navires sans violer ni retirer aucune de nos trois parties de cette initiative. D’ailleurs, pour votre information, jusqu’à présent, bien que la Russie ait été présente dans ce triangle et qu’elle n’ait pas dit qu’elle le quittait, elle est en train d’aligner 30 navires. Pour être plus précis, il y en a 29 aujourd’hui. Et c’est une histoire qui dure. Des millions de tonnes ne se rendent tout simplement pas dans certains pays d’Afrique et d’Asie. C’est une histoire constante. Un couloir, pas un couloir. Dès que la Russie a la possibilité de perturber ou de bloquer quelque chose, elle le fait. C’est pourquoi il y a actuellement une file d’attente de 29 navires. (…)

PIERRE AKPRO

Monsieur le Président, Pierre Akpro de Côte d’Ivoire, présentateur de « La Nouvelle Chaîne Ivoirienne », journaliste africain. Je pense qu’il est très important pour nous de demander quel est le résultat de la visite de la délégation des chefs d’État en Ukraine, sachant que le sommet Russie-Afrique aura lieu dans 10 jours. Pourquoi le soutien de l’Afrique est-il si important pour vous ? Et avez-vous une vision… de l’avenir de l’Ukraine et de notre continent. Et comment la mettez-vous en œuvre?

Zelensky : Je suis reconnaissant parce que la délégation était ici, et pour être honnête, je pense que nous pourrions élargir ces réunions, et je m’attendais à ce que d’autres États viennent nous voir, et ils sont en effet en train de planifier, c’était donc le choix des États africains qui voulaient venir de l’Union africaine, et nous nous attendons à ce que d’autres États, d’autres dirigeants viennent. Ils se rendront en Ukraine.

Il est important que nous communiquions. Il est important que nous nous regardions dans les yeux avec les dirigeants de certains États. C’est important parce qu’il est important de voir de ses propres yeux ce qui se passe ici et les conséquences de la guerre. Écouter, entendre, pas au téléphone, pas par l’intermédiaire des médias, pas par l’intermédiaire de Lavrov ou d’une autre plateforme. (…)

Pour qu’ils puissent poser des questions directement. (…).C’est très important. Et j’en voulais plus, plus de leaders. Et bien sûr, quelque chose a fonctionné, je pense que nous nous sommes entendus sur de nombreuses questions.

Nous sommes si loin de l’Afrique, l’Afrique est si loin de l’Ukraine dans l’espace d’information, malheureusement, dans l’espace diplomatique, et malheureusement, historiquement. Nous sommes si peu, nous sommes si peu… toute la combinaison de nos liens à travers le prisme, j’ai entendu cela de la part des dirigeants, à travers le prisme de la vie et des relations entre l’Union soviétique et les pays du continent africain. J’aimerais beaucoup renforcer ces relations, mais il faut que les deux parties y soient prêtes.

Bonjour, Monsieur le President. Merci de nous recevoir. Je m’appelle Rachida HOUSSOU. Je suis journaliste Béninoise. Je viens de “Bip” radio. Je suis aussi correspondante à BBC Afrique au Bénin. Jusqu’où êtes-vous prêt à aller en matière de concessions pour la fin de cette guerre ?

Zelensky : Pourquoi devrions-nous renoncer à ce qui nous appartient ? Je veux dire, cela ressemble à ceci : vous avez une famille, et il y a deux enfants dans la famille. Et on vous dit, écoutez, pour que la famille survive, vous devez donner l’un de vos enfants, le donner à un agresseur. Est-ce que vous feriez cela, est-ce que vous trahiriez votre enfant, et même si vous deviez risquer tout ce que vous avez, risquer votre maison et votre famille, êtes-vous prêt à faire cela, à trahir quelqu’un? C’est la même chose ici. C’est notre terre avec nos villes, et il y a des familles là, et chacune de ces familles a des enfants. Sommes-nous prêts à renoncer à quoi ? Sommes-nous prêts à renoncer, par exemple, à Donetsk, à Louhansk, dont nous avons maintenant repris une partie, c’est-à-dire la deuxième partie de la région de Kherson, ou sommes-nous prêts à renoncer à la Crimée, à l’oublier, et à dire que nous avons tout abandonné parce que nous voulons garder la capitale ?

(…) lorsqu’ils nous ont occupés et qu’ils se sont placés autour de notre capitale, qu’ils ont fait ce cercle avec différents types d’armes, différents tirs, provenant de différentes armées, à la fois l’armée russe et les séparatistes qu’ils ont amenés, et les terroristes, (…) même à ce moment-là, nous n’avons pas abandonné notre capitale et les gens qui s’y trouvaient. Ne sommes-nous pas prêts à renoncer à 10 personnes pour sauver 100 vies ? Ce n’est pas juste.

(…) Je parle simplement en tant que président qui défend la Constitution et les droits de tous les citoyens ukrainiens en vertu de la Constitution.

Vous savez qu’il ne s’agit pas d’une ville, de deux villes, et d’autre chose. (…)

Journaliste : Rachida HOUSSOU :S’il vous plaît, il y a quelques mois, vous étiez prêt à parler avec eux, à négocier…

Zelensky : Ce n’était pas le cas il y a quelques mois. Avez-vous oublié qu’il est venu à Kyiv et qu’il a proposé ses ultimatums ? Nous avons dit que les ultimatums ne devaient pas être utilisés ici. Lorsqu’il a ordonné mon assassinat, celui de mon entourage et de ma famille, nous avons dit que cet ultimatum ne fonctionnerait pas non plus. À plusieurs reprises, il n’a pas pu nous tuer, il n’a pas pu prendre Kyiv, et il a affaibli l’ultimatum.

Nous avons dit qu’il n’était pas nécessaire de donner un ultimatum. Les gens ont une langue, une tête, un dialogue pour parler sans balles. Qu’a-t-il fait ? Tout le monde était prêt à accepter que la fin de la guerre se fasse dans le respect de notre souveraineté, mais aussi dans le cadre de la diplomatie. Ensuite, nous sommes allés à Bucha

Nous avons trouvé des fosses communes. Des fosses communes, des gens avec les mains et les pieds attachés, des morts violentes, des gens torturés, des fosses communes. (…) Nous avons été privés d’électricité pendant l’hiver. (…)

« Comment pouvons-nous communiquer avec lui ? » Et le nombre de partenaires qui voulaient que nous communiquions diminuait de plus en plus à chaque étape. (…)

Journaliste : Monsieur le Président, Mondli Makanya, du journal « City Press » en Afrique du Sud. Depuis septembre, depuis… le sommet de l’OTAN, il y a eu beaucoup d’interprétations contradictoires sur ce qui a été réalisé. Certains disent que vous n’avez pas obtenu ce que vous vouliez, mais vous êtes revenus en disant que vous aviez trouvé la voie vers l’adhésion, vers… et c’est un fait que le mot « invitation » a été utilisé pour la première fois… et, premièrement, qu’est-ce que… qu’est-ce qui doit être fait d’ici au prochain sommet aux États-Unis pour que vous puissiez accélérer votre invitation et comment faire face à la crainte réelle dans certains quartiers, dans certains quartiers très puissants, d’une… d’une escalade possible de la part de la Russie et d’une escalade qui pourrait éventuellement impliquer une escalade nucléaire. Et c’est une crainte réelle… dans certains quartiers. Et puis, dans le même ordre d’idées, les critiques à votre égard et à l’égard de l’Ukraine pour avoir demandé des armes à sous-munitions et pour que les États-Unis les aient effectivement fournies, ces armes à sous-munitions. Et cela est très fortement ressenti par les partisans de l’Ukraine, par les partisans de ce pays, par les défenseurs des droits de l’homme, etc… par vos partenaires et vos alliés. Et encore une fois, c’est quelque chose qui est fortement ressenti. Comment cela… comment cela est-il moralement soutenable selon vous ?

Zelensky: Tout d’abord, il est très important de comprendre que, malheureusement, l’Ukraine n’est pas membre de l’OTAN. L’Ukraine n’était pas membre de l’OTAN lorsque la guerre a commencé en 2014 avec l’occupation du territoire. L’Ukraine n’était pas membre de l’OTAN lorsque l’invasion à grande échelle a commencé.

Et toute personne qui vit en Ukraine veut vraiment être protégée. Une simple protection, ils veulent vivre. Eh bien, les gens veulent simplement vivre. Et il me semble que c’est un désir tout à fait juste. Les gens ne veulent pas mourir. Ce sont des mots banals. Mais ils sont si précieux lorsque vous êtes en guerre. On comprend la valeur de ces mots. Les gens veulent vivre et survivre.

Quelles sont vos chances ? Quand vous avez un voisin qui tue. Pas avec des balles, mais avec des roquettes. Vous ne pouvez pas l’atteindre. Vous n’avez pas de telles armes. Vous n’avez pas d’armes nucléaires parce que vous, en tant qu’État civilisé et pacifique, y avez renoncé. Vous voulez vivre, développer votre famille, voir vos enfants et vos petits-enfants, et malheureusement, tous les Ukrainiens n’ont pas cette possibilité à cause de la guerre. 

C’est pourquoi l’OTAN. Nous ne sommes pas un pays membre de l’OTAN, mais il y a des pays qui en font partie et qui n’ont pas de guerre. Nous parlons de voisins. Des voisins de la Fédération de Russie. C’est pourquoi notre société soutient ce cours à 90 %. Ils veulent faire partie de l’OTAN, ils veulent vivre. C’est le choix de notre société. (…)

Et nous pensons que le plus grand et le meilleur garant de notre sécurité est l’OTAN.  Je suis très heureux qu’après ma réunion avec les dirigeants, avec le président Biden, avec l’Union européenne, nous ayons reçu un signal fort de la part de tous : « Oui, l’Ukraine fera partie de l’OTAN ». L’Ukraine a une chance. L’Ukraine a une opportunité. La porte est ouverte pour l’Ukraine

(…) Ils ont dit maintenant que l’Ukraine ferait partie de l’OTAN. Ce sont des choses différentes. Et je suis très heureux que nous ayons reçu ce signal. Nous voulons des précisions sur l’invitation. Nous comprenons que ce n’est pas facile. Nous avons besoin d’efforts unis et d’une opinion unie, d’une opinion commune de tous les membres de l’OTAN. Cela arrivera aussi, nous y arriverons. J’en suis convaincu.

Serons-nous membres de l’OTAN après la guerre ? Oui, nous le serons. Après la guerre ! Nous comprenons que les membres de l’OTAN ne nous accepteront pas dans l’OTAN tant qu’il y aura des hostilités sur notre territoire. Le jour où j’ai participé au sommet, nous avons convenu de soutenir ce document. Il s’agit d’une décision importante. Et pour nous, aujourd’hui, c’est une victoire qui nous mobilise. C’est une victoire qui va nous mobiliser. En ce qui concerne la sécurité nucléaire

(…). Nous ne voulons pas retourner en Union soviétique, parce que c’était pire en Union soviétique. Pire pour nous qu’aujourd’hui dans l’Ukraine indépendante. Nous ne voulons pas aller là où c’est pire. Ce sont des mots très simples et très clairs et les désirs de chaque personne.

(…) L’Ukraine a reçu des armes à sous-munitions en 2023, après 9 ans d’hostilités contre l’Ukraine de la part de la Fédération de Russie, qui a utilisé diverses armes, des armes interdites, y compris des armes à sous-munitions. Il y a neuf ans, l’Ukraine a commencé à dire qu’elle avait besoin d’aide.

La première demande était que le monde fasse pression sur la Russie et interdise l’utilisation d’armes à sous-munitions contre notre population. Neuf années se sont écoulées et la Russie continue de les utiliser. N’est-ce pas un test suffisant ? L’Ukraine a-t-elle le droit de se défendre ?

Deuxièmement, on nous a donné des armes à sous-munitions. Je suis désolé, je ne veux pas dire ce que les gens pensent de cela. Où est la preuve que l’Ukraine a utilisé des armes à sous-munitions sur le territoire de la Russie ? (…)Oui, sur le champ de bataille, maintenant contre l’ennemi, sur notre territoire, lorsqu’ils utiliseront des armes à sous-munitions contre nous, nous utiliserons les mêmes armes contre eux.

Journaliste africain :  Monsieur le Président. Je m’appelle Olorunyomi et je viens du Nigeria. Tout d’abord, nous nous sommes déplacés et avons vu le niveau de dévastation et tout le reste. Les gens reconstruisent et la reconstruction se poursuit. Et vous pouvez construire des anciennes maisons, vous pouvez construire des églises, vous pouvez construire des écoles. Ma question est la suivante : comment allez-vous construire ou reconstruire l’esprit des gens ?

Zelensky : Je pense que personne ne connaît la réponse à votre question. Il est clair que nous reconstruirons des écoles brique par brique, et ainsi de suite. Il est clair que nous le ferons après la guerre. Je pense que nous le ferons très rapidement, parce que nous serons motivés par le fait que nous avons défendu notre pays. C’est une émotion très, très positive. Mais on ne peut pas restaurer les gens. Comment peut-on les restaurer ? Les personnes qui ont perdu des êtres chers ne l’oublieront pas.

Je crois aux médecins et je leur suis reconnaissante pour leur aide, mais je pense que le moment de la victoire est important. Notre victoire. Parce que s’il n’y a pas ce moment, le moment de la justice à la fin de la guerre, alors une personne sera dévastée et au milieu d’elle il y aura un trou, un espace qui ne sera rempli que de haine.

Parce qu’il faut vivre pour quelque chose. Et pour le bien de quoi ? Oui, pour le bien de la terre. Mais quand même, si vous avez perdu un enfant, vous devez vivre pour quelque chose de grand. Vous savez, si vous n’avez pas cela, je ne crois pas que l’on puisse ramener une personne à ce qu’elle était, honnêtement, je n’y crois pas, alors j’ai dit que Poutine ne comprend pas complètement ce qu’est la guerre. (…)

Journaliste africain : Monsieur le Président, je m’appelle Simon Allison, je viens d’Afrique du Sud et je suis rédacteur en chef du journal The Continent Newspaper. Comme vous l’avez dit, l’Afrique et l’Ukraine sont très éloignées l’une de l’autre, à bien des égards. Et il y a deux histoires qui ont émergé dans cette guerre et qui ont vraiment façonné la déception de l’Ukraine dans de nombreux pays africains. J’aimerais que vous y répondiez. La première date des premiers jours, des tout premiers jours de l’invasion à grande échelle, des images d’étudiants africains qui n’étaient pas autorisés à monter dans les trains d’évacuation, qui n’étaient pas autorisés à traverser la frontière pour se mettre à l’abri. C’était très fort, et en plus, vous savez, la façon dont les réfugiés ukrainiens ont été accueillis dans les pays occidentaux et soutenus, contrairement aux migrants africains et méditerranéens. Nous ne bénéficions pas du même accueil, même lorsque nous fuyons des circonstances tout aussi horribles. Le second est un argument présenté par la Russie, en particulier. Lorsqu’ils décrivent l’invasion comme une guerre anti-impérialiste que la Russie mène contre l’Allemagne ou l’Occident pour libérer l’Ukraine, nous comprenons bien sûr qu’il s’agit de propagande russe, mais c’est néanmoins un argument qui trouve un écho dans les pays qui ont une longue histoire de colonialisme. Gardez votre chance de commenter ces deux scénarios.

Zelensky: Il est si effrayant de diviser les gens en nations, en nationalités et en citoyennetés. Lorsque nous parlons de tragédies, de conséquences. Je vais vous dire certaines choses maintenant. Elles vous paraîtront désagréables, mais elles vous sembleront probablement compréhensibles plus tard.

Le chaos, la guerre, un grand nombre d’étudiants, pas seulement africains, différents citoyens, différents étudiants, d’Afrique, de Chine, d’Inde, d’Allemagne, de Pologne, un grand nombre d’étudiants qui ont étudié ici. Personne n’a divisé qui que ce soit en nationalités, religions, etc. Personne. La guerre ne divise personne. J’ai déjà parlé des fosses communes aujourd’hui. Si vous prenez n’importe quelle fosse, y trouverez-vous aussi des étudiants africains ? C’est ce que je voulais vous dire, et cela va vous paraître désagréable. Vous ne les avez pas trouvés. Et je suis très heureux qu’ils n’aient pas été là.

22:52 Zelensky: Mais il y avait beaucoup d’Ukrainiens, presque tous. Et je suis heureux qu’il n’y ait pas d’étudiants d’autres pays. Et Dieu nous protège de les trouver, même si ce n’est pas une certitude, plus tard dans ces territoires qui ont été occupés pendant longtemps, Mariupol, etc. Dieu nous préserve d’y trouver des citoyens de vos pays.

Mais vous me comprendrez, je suis tout aussi désolé lorsque nous luttons, qu’il s’agisse d’un étudiant ukrainien ou d’un étudiant africain. Ce ne sont que des garçons ou des filles, des gens qui n’ont pas connu la vie. Et c’est pourquoi ces photos qui ont été… affichées et qui ont été diffusées dans les médias. Je me souviens de ce moment. J’ai parlé à de nombreux présidents, d’ailleurs, de différents continents, y compris le continent africain, qui m’ont remercié parce que nous avons envoyé la plupart d’entre eux et que nous avons sauvé la plupart d’entre eux.

Et quand je dis la plupart d’entre eux, c’est parce que je ne sais pas ce qui s’est passé dans les territoires encore occupés. Nous avons donc fait tout ce qui dépendait de nous, nous l’avons fait, il n’y a pas eu de division. Si vous donnez un exemple historique qui montre que la situation était différente en Pologne, non, il y avait des files d’attente terribles. Les gens franchissaient les frontières, nous avons tout ouvert. J’ai parlé à Duda manuellement la nuit, le matin, l’après-midi, ouvrons avec la loi et sans la loi.

Il n’y a pas de loi. La seule loi est de survivre. C’est ainsi que cela s’est passé. Et c’était, croyez-moi, le même chaos. Les gens abandonnaient les voitures, les gens couraient. Et là, dans la région de Kherson et à Mariupol, les gens qui voulaient partir, c’était un cauchemar pour eux, parce qu’ils sont passés par tous ces camps, par la torture.

C’est pourquoi je tiens à dire tout de suite qu’il n’y a pas eu de laissés-pour-compte. Nous avons sauvé tous ceux que nous pouvions, nous avons sauvé tous ceux que nous pouvions envoyer s’ils le voulaient, nous les avons envoyés. Des cas isolés, bien sûr, mais nous devons regarder le résultat, regarder ces charniers, regarder le résultat et tirer des conclusions pour savoir s’il s’agissait de cas isolés ou d’un élément d’une sorte de propagande.

Voilà les conclusions qu’il faut tirer. Qu’en est-il de votre deuxième aspect ? Il s’agit de la guerre colonisatrice de la Russie contre l’Ukraine. Ce n’est pas différent. Les règles sont les mêmes, les armes sont différentes. Et l’attitude envers les gens est la même. Il y a une classe de personnes, et ils l’appellent la Russie. Il y a une nation, et ils l’appellent la Fédération de Russie.

Tout le reste, ce sont des gens qui doivent travailler pour eux, des gens qui semblent vivre sur leur terre, mais sur leur terre, ce sont d’autres gens. Croyez-moi, je n’aime pas en parler, mais nous sommes d’une couleur différente pour eux. Nous sommes différents ! Ils ne nous considèrent pas comme des égaux, comme n’importe qui. C’est leur attitude.

Écrit par: BIP radio

Rate it

Articles similaires

International

Paris: Patrice Talon en visite au CESE

Le président Patrice Talon était au Conseil économique, social et environnemental (CESE) en France. Il a assisté mercredi à l’inauguration d’une œuvre de l’artiste plasticien Thierry Oussou.  L’œuvre s’inscrit dans un projet intitulé « Equilibrium Wind ». Cette première œuvre de Thierry OUSSOU créée en France pense aux agriculteurs travaillant […]

today18 novembre 2023 93

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%