Société

EPP Agassa-Godomey régulièrement badigeonnée d’excréments : les écoliers appellent au secours

today12 mars 2024 50

Arrière-plan
share close

C’est une école érigée dans la commune d’Abomey calavi,un centre d’examen. Ce lieu du savoir est en proie à l’insécurité à l’incivisme. Le constat de Gilles TCHEGNON.

Un module de deux classes sans porte et à la toiture trouée nous accueille à l’entrée de l’école primaire publique Agassa-Godomey. Dans ces classes de ce module, le sol n’est pas cimenté, les enfants ont les pieds dans le sable. Au cours, ils reçoivent en plein visage les rayons du soleil qui traversent les tôles rouillées et perforées de leurs classes. Les murs sont fissurés par endroits. L’école est sans clôture. Entre le cours primaire et la maternelle, nous apercevons un danger pour les écoliers : des latrines inachevées avec une large fosse sans aucune protection.
À ces mauvaises conditions d’études, s’ajoute l’incivisme de certains individus pas encore identifiés. Les murs, les tables bancs et les casiers ont été plusieurs fois badigeonnés de matières fécales. Enseignants et écoliers ont encore fait le constat dans la matinée de ce lundi 11 mars. Le témoignage de quelques enfants de l’EPP Agassa-Godomey « On est découragé. Quand on vient à l’école, on voit des cacas dans les casiers. Moi, je demande aux autorités de venir nous aider à faire des clôtures. Aujourd’hui, j’ai constaté qu’on a chié dans un casier. »
Cette situation impacte négativement les encadreurs confie Eustache ADJO enseignant à l’EPP Agassa-Godomey
« Nous demandons d’aider l’école psychologiquement, on est abattu. La motivation prend un coup. Le matin, lorsque tu viens et tu constates du désordre sur ton lieu de travail, vous-même, vous voyez ce que cela créé. Cela ne nous permet pas d’obtenir les fruits escomptés. »

L’école fait aussi les frais de l’insécurité dans la zone. Plusieurs cas de cambriolages enregistrés, poursuit Murielle AHOGLE, directrice de l’école maternelle.
« Nous venons constater dans l’école les matins que les gens défoncent les fenêtres, nos robinets disparaissent. Nous n’avons pas de clôture et cela cause de l’insécurité. »

Selon un responsable de l’association des parents d’élèves, les démarches menées à l’endroit des autorités de la commune et de la circonscription scolaire restent sans suite.

Écrit par: BIP radio

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%