Nouvelles

Poly Rythmo : le départ d’un des derniers mohicans

today8 avril 2024 54

Arrière-plan
share close

Les mélomanes et les artistes conduisent ce samedi Bentho Gustave le compositeur et bassiste emblématique du poly rythmo à sa dernière demeure. Titiou, comme on le surnomme, est inhumé au cimetière Vasseho de Ouidah. Il était un des derniers mohicans du groupe. L’orchestre fondé en 1965 a perdu plusieurs de ses grandes figures, ils s’en vont un à un.

Bentho Gustave n’était pas le fondateur de l’orchestre mais il peut-être considéré comme un pilier, une mémoire, un historien du groupe à succès des années 70, 80 et 90.

Sa mémoire est infaillible sur la vie du poly, les titres sortis, leurs auteurs, les lieux de spectacles et  les artistes accompagnés.

Bentho avait aussi collectionné et archivé plusieurs chansons-cultes de l’orchestre sur cassettes, vinyle, CD et clé USB.

Bentho c’était le bassiste doué, toujours calme sur scène.

Il connait les cordes de sa guitare par chœur, un petit regard à travers ses lunettes suffisait pour donner le tempo et passer le mot aux autres musiciens.

Avant le Poly rythmo il a joué dans le superstar de Ouidah.

Ses dernières années il a été désigné chef d’orchestre du poly rythmo, il en avait toute la légitimité.

Sa santé fragile et les accidents cardio vasculaires ont fini par l’emporter

C‘est encore une grande figure de l’orchestre poly que la mort a fauché le 19 mars 2024.

Avant lui, plusieurs autres grands noms du poly sont partis, citons Zoudégnon Bernard alias papillon, génie de la guitare solo, auteur du titre « le silence n’est pas un oubli ». Papillon est décédé le 27 octobre 1982.

On n’oublie pas le rossignol Eskil Lohento, le chanteur principal à la voix chaleureuse qui nous a quittés en 2006.

Le 17 décembre 2012 nous avons tous pleuré le départ de Clément Mélomè, le fondateur du poly, le saxophoniste au chapeau chacal. On lui doit plus de la moitié des titres du répertoire du poly rythmo.

Mais le poly rythmo n’est pas mort, il n’est pas totalement décimé par la  mort. Vincent Ahéhéhinou et Pierre Loko restent les deux vétérans de la génération Bentho et Eskil et Mélomè. Le groupe se produit encore

Citons également Cosme, plus jeune que les pionniers, mais  Cosme est un des solides lead vocal.

Plusieurs jeunes ont rejoint le groupe dont un des fils de Clément Mélomè.

Gustave Bentho avait 73 ans, il a composé, « sokêmi » qui signifie « pardonne moi », « agnon djidjo » traduisez « tu as bon cœur » et « souviens toi »… Bentho tes œuvres sont là pour qu’on se souvienne toujours de toi.

Va Bentho, une autre scène t’attend là haut, la scène  celle de ceux qui ont marqué leur passage ici bas…C’est ton cas. Salut l’artiste et merci !

Écrit par: BIP radio

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires


0%